Shirley Tillotson

Published on August 30, 2016

Shirley Tillotson is a professor at the Department of History of Dalhousie University. She specializes in the social history of citizen contributions, from volunteering to tax-paying. She has published several journal articles on tax history in Canada, and her book manuscript, tentatively titled The Power to Govern: Taxation and Democracy in Canada, 1917-1971, is currently under review at UBC Press.


An interview by Cory Verbauwhede. Professor Tillotson will be participating in the round-table discussion which will close the social question and citizenship conference.


Cory Verbauwhede: The round-table discussion in which you will be participating will attempt to open up the conference to future research and collaborations. We invited you to read the interviews thus far – what is your initial impression?

Shirley Tillotson: Well, one thing I will say about the interviews I’ve read is that there seems to be an emerging consensus about the 1920s – 1970s period, roughly, being an analyzable whole, even if World War Two can be seen as a rupture in its own right in terms of social policy. This realignment of traditional periodizations which start after the war means that we also have to rethink the “neo” of neoliberalism. Hayek and Friedman, for instance, were deeply rooted in the 1930s; they were responding to Keynes, they read Mill and, along with the Catholic Church, were adepts of laisser-faire economics. Events in the mid-1970s and 1980s were of epochal significance – the oil crises, stagflation, and 20% interest rates – but calling the liberalism of the 1980s and onwards “neo”-liberalism obscures the connections between current market-fundamentalism and much of classical liberal thinking.

CV: Tell us a bit about your own work, and how you see it interacting with the conference themes.

ST: My research has focused on citizen engagement and, in my current project, that focus has brought me to the study of taxation – the practice, the policy, the politics, and the culture that underpins these matters of state. These themes are deeply rooted both in the changing notion of citizenship and in the difficult head-on confrontation of the social question that is apparent in debates about who should be taxed, how, by how much, and especially for what reason. There is a very real sense in which more money from my pocket is less money from yours, and that gives rise to heated arguments and to resistance of all kinds. Taxation debate is about conflicting interests. The wisdom of the “old” liberalism was that it valued political conflict. Consensus is often a convenient fiction produced by those in power for their own purposes. Good public policy is made by people who understand what’s driving those who are opposed to them. I’m a fan of conflict if it is done right, and the conflicts around taxation certainly give lots of material to the social historian – material that I must emphasize is vastly underexploited!

Court cases are precious windows into the stakes of tax conflict, but so are the everyday letters, for example, that were the basis of my work on the self-interested pocketbook politics driven by lower-income Canadians who opposed tax innovations such the 1942 Income Tax amendments. The views on taxation presented in those letters, and the labour politics which reflected those views, greatly contributed to the implementation of universal family allowances at the end of the war. As John Kenneth Galbraith argued, popular organizations such as unions provide a socially useful mechanism of conflict in modern economic life as a countervailing power to big business. And Galbraith was in some way just extending Mill’s view that civil society organizations were valuable as a check on the power of the state. As historians, we only do our job well if we really work to understand all the parties to conflict, what their assumptions and daily realities were, and so forth. This is perhaps another common thread in the interviews I’ve read on this blog: the conference presenters are interested in understanding social conflict on the actors’ own terms, thus questioning some of the common assumptions we hold on social issues and ultimately on citizenship, and especially on its relative triumph, which is too often taken for granted.

In my own field, the history of taxation, so much was done behind the scenes until the 1960s that it is hard to be optimistic about the democratic nature of the politics before that time. Linda McQuaig, then a journalist for the Globe and Mail, wrote a book in the 1980s from an anti-elitist perspective on “how the rich won control of Canada’s tax system,” but there is more to the picture than that. Along with my colleague Elsbeth Heaman, whose book on taxation in Canada between 1867-1917 will soon appear from McGill-Queen’s, I tell a story that shows Canadians to be tax resisters and eager participants in tax debates at Confederation and since. I think you can say that our work all but destroys the picture of the cheerful, compliant Canadian taxpayer. Though such essential works such as economist Irwin Gillespie’s 1991 book, Tax, Borrow and Spend, are useful, they are too often top-down, based on official reports and House of Commons debates. There’s a lot to learn from digging down into the histories of the people involved at all levels.

On one hand, the tax officials are human beings whose engagements with taxation are not simply rational. Kenneth Eaton, a World War I veteran from rural Nova Scotia who came to Finance as its first income tax specialist in 1932 with a Ph.D. in public finance from Harvard complained contemptuously of progressive income taxation, a system he helped design and administer. Looking back in retirement, he said of the arguments for progressive income tax that they were “merely a good try at an intellectual post-factum defence of what in practice is pure political expediency.” A fervent Millsian/Gladstonian Liberal, he also proclaimed, exasperated, that “Canada, God help us, is a federation!” Eaton’s wry, passionate voice is unmistakable and makes the emotions of taxation come alive, along with the despairing voices of mothers, in letters to the Minister of Finance, writing of the “cruel income tax” directed at the poor man, asking how the minister expects they will be able to feed their children. By paying attention to the ideas, emotions, and identities in tax talk, I hope to have shown in a fresh way what was at stake in debates about tax, and in that way something of the nature of Canadian citizenship.

To really understand what was going on, it is useful to foreground people with personality such as Eaton, but also housewives and wage earners who complain about the rate of taxation and threaten to stop working if policies aren’t modified. Paying attention to personal voices is a good way of avoiding the two problems that beleaguer tax policy scholars: on the one hand, the subject’s forbidding technical aspects, and on the other, the impoverished intellectual environment of tax debate, with cartoonish and sometimes erroneous argumentation on both sides of the political spectrum getting the bulk of attention, from A Nation of Serfs on the right by Fraser Institute author Mark Milke to The Great Revenue Robbery on the left by Richard Swift, a former editor of the New Internationalist magazine. To really understand, one must move beyond the “free rider” obsession of both of these currents: for the left it is global tax havens; for the right it is those insatiable “tax eaters” who never pay anything themselves. However, this is not easy to do, not least because the Canada Revenue Agency doesn’t publish data on tax compliance! Discoveries such as the Panama Papers are useful in providing documentation on the “rich free rider,” but what lies behind the “poor free rider,” insofar as it isn’t just a bogey man created to argue for cutting taxes for the rich, is an age-old practice: avoiding the tax collector and the census taker. Not declaring some of one’s income has long been a working-class survival strategy.

The history of tax compliance is key to understanding how people consider themselves to be part of a collective project, of “society.” This sense of participation is not automatic, and events such as world wars can increase such sentiment, whereas the current “wedge” politics certainly have the opposite effect. Not to mention social media, which contribute to fracturing society by mirroring back to us our own opinions!

CV: Can you tell us a bit more about your sources?

ST: I have cast a wide net: I want to discover who had what to say about tax in Canadian history. Tax is where the relationship between the individual and the state is made material. To explore that relationship, I have tried to go beyond the high-level, quantitative approaches or elite policy-bargaining, and instead, I have looked for ways of discovering popular voices. These can be gotten at through letters that one can find in the Ministry of Finance papers and the papers of politicians at all levels of government, as I have already mentioned, but also through the records of various groups organized around particular social identities and interests such as labour unions, farm organisations, women’s groups, even chambers of commerce. News reports and related letters to the editor also provide a wealth of information, as do election campaigns. One challenging feature that I have already alluded to is the problem of data, since the tax resister’s first line of defense is to argue against the state’s inquisitorial methods on the grounds of a right to privacy. Tax evasion and avoidance leave no traces, if they’re successful. Economists have worked hard to try to estimate how much income goes unreported, but their methods always involve extrapolation. In a study for the Bank of Canada, Dunbar and Fu estimated in 2015 that between 35% and 50% of households in Canada under-reported their income in 2004, and that of all household income, somewhere between 14% and 19% is undeclared. Their findings are always rightly qualified with terms such as “appear to be,” though. For economists, tax collectors, and historians, finding out who hides income (or sales or property, depending on the tax base), how, and why (aside from the obvious) is a research problem of real interest and difficulty. For anyone interested in how social regulation works, and the justice questions of contribution and distribution, the history of tax compliance offers a lot of great opportunities, well beyond what I’ve begun to explore.

CV: What would you recommend reading for further research?

ST: Internationally, Nicolas Delalande’s Batailles de l’impôt is a must-read overview of the politics of taxation in France, especially from 1870 onward, and Martin Daunton has written two excellent volumes on British tax history from 1799 to 1979. Closer to home, the work of tax law scholars such as Lisa Phillips, Colin Campbell, David Duff, and Michael A. Livingston often has an historical dimension. Historians need to remember to search further afield than usual: this excellent literature is mostly found in legal journals and is not included in history periodical indexes. In the American case, texts in historical sociology such as Isaac Martin’s Rich People’s Movements are also very useful, as is the work of Ajay Mehrotra, a lawyer-historian in the “law and society” tradition. Romain Huret’s American Tax Resisters is an excellent survey. There aren’t many Canadians working on these issues, but one should certainly have read Irwin Gillespie, J. Harvey Perry, and Neil Brooks. Brooks in particular represents the 1960s reform current which undertook, with formidable energy, a vast project of public education about tax policy. There will be a host of new Canadian tax history books in 2017, because of the 100th anniversary of the federal income tax, including mine, Elsbeth Heaman’s, and one by David Tough.

CV: What would you say historians and other scholars can contribute in thinking about citizenship through the lens of the social question?

ST: Well, my own work has focused on voluntary community participation: what motivates it, what facilitates it, what impairs it. I first looked at volunteer work in community organization for recreation, and then I explored charitable fundraising – a kind of voluntary tax. Recently I have been directly examining legislatively-imposed contributions. Everywhere one turns, there is more volunteerism than one would imagine, and this says a lot about citizenship and its social foundations. Because there are “tax planning” methods, income tax has a larger voluntary dimension than we generally acknowledge, especially for the self-employed, even if it is no longer the “gentleman’s agreement” it once was. By contrast, taxes such as user fees and tolls, where there are few opportunities to dodge, use more directly coercive forms of collection. We all fear the element in taxation in which we are treated as a debt-dodger rather than a citizen. There are class dimensions to the ideas about what kinds of taxes are suited to what kinds of people and purposes. For example, a percentage of homeowners’ property tax bills always languishes unpaid in cities across the country, whereas payroll deductions are remitted on a monthly basis with few possibilities of cheating or delaying.

Much can be learned about citizenship by exploring tax culture, and it is not innocent that where the on-the-ground tax vocabulary is extraordinarily diverse, calling up different metaphors for different functions – e.g. “dues,” “premiums,” “insurance,” “contributions” – the political right wants to streamline all of this into the one big metaphor of “extortion,” thus evacuating tax’s collective meaning. No liberal democratic state collects tax simply at gunpoint; to be efficiently collected, taxes must have legitimacy, and there must be some kind of broadly shared notion of “fair return” and “fair share” – both of which end up being at the centre of many debates: what is “fair”? Governments that judge wrongly what matters to their citizens face not only electoral punishment, but resistance to the raising of the revenue. As much as I cherish tax compliance as part of the practice of good citizenship, and as much as I deplore narrow self-interest as a motivation for tax resistance, we can learn a lot about social justice by looking at the reasons that the vulnerable, and not just the powerful, resist taxation.

Exploring community participation and resistance, be it through the lens of tax, bureaucrats, “deviant” youth, or any of the other creative ways in which the conference presenters have approached the question, is true “social work” in its nineteenth-century sense. It’s about teasing out the interconnecting tissues of our lives and creating a common project, and it’s what teachers, members of the clergy, and politicians are all doing. The conference participants explore varying historical mechanisms of social control, along with the challenges facing those who wanted to impose it and the resistance of those subjected to it. What is fascinating about the debates during the trente glorieuses is that policy-makers at that time truly seemed to make deep and genuine attempts to extend democracy as a living social phenomenon. But being nostalgic is not the solution – we need to make myths that are more “adult.” A senior Canada Revenue Agency employee recently told me that, before reading a chapter from my book manuscript, he had been convinced that in some time gone by, people paid their taxes from a sense of honour, but that he had been saddened to discover that such a time never actually existed! If he had read the rest of the book, he might not have been quite so sad. But he was right to recognize that I have tried to challenge a romantic past. We have to understand the ever-changing nature of community participation and the need to constantly recreate its foundations. That is what scholarly work on citizenship and the social question can contribute to, and there’s lots of it to be done.

Magda Fahrni

Publié le 28 août 2016*

Magda Fahrni est professeure régulière au département d’histoire de l’UQAM. Elle est l’une des principales spécialistes de l’histoire sociale des femmes au Canada.


Entrevue par Cory Verbauwhede, en vue de la communication qui aura lieu le 1er septembre à 13 h 30 intitulée « Œuvrer au sein du « département des Questions Sociales » : Inspectrices du travail et citoyenneté sociale au tournant du 20e siècle ».


Cory Verbauwhede : Parlez-nous de votre parcours académique et comment vous en êtes arrivée à étudier les premières inspectrices du travail du Québec.

Magda Fahrni : Mes études doctorales à l’Université York dans les années 1990 centraient autour du développement du sens de la citoyenneté sociale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale lors de l’implantation de l’État-providence, d’abord au niveau fédéral, puis au Québec. Mon approche était assez intimiste : je focalisais sur le vécu des familles dans les années 1940 à Montréal, ainsi que les liens et tensions entre la citoyenneté et le genre. Après le doctorat, je me suis intéressée à l’histoire de la santé publique. En particulier, je me suis demandée pourquoi et comment on s’est mis à calculer les risques de la vie quotidienne. J’ai voulu comprendre l’« infrastructure du risque » qui s’est construite autour des accidents, notamment des accidents du travail, même dans le domaine souvent non-rémunéré du travail des femmes et des enfants. Je me suis attardée à ses experts émergents – fonctionnaires, réformateurs, médecins, juristes, comptables, actuaires, assureurs, etc. – et c’est ce qui m’a menée aux inspectrices du travail sous la première loi de cette nouvelle ère du risque, l’Acte des manufactures de Québec de 1885, dont le titre long est Acte pour protéger la vie et la santé des personnes employées dans les manufactures.

Lire la suite…

Benoit Marsan

Publié le 30 juin 2016*

Benoit Marsan, candidat au doctorat en histoire du Centre d’histoire des régulations sociales et chargé de cours à l’UQAM et à l’UQO, vient de publier un ouvrage sur le Parti communiste du Canada et les sans-emploi pendant la crise des années 1930 à Montréal. Il propose d’analyser le rôle de leur mobilisation dans la construction du problème social qu’est le chômage.


Entrevue par Cory Verbauwhede, en vue de la communication qui aura lieu le 31 août à 13 h 30 intitulée « Chômage et citoyenneté à Montréal, 1929-1939 ».


Selon Benoit Marsan, c’est grâce à la mobilisation citoyenne des sans-emploi et à leurs demandes de droits et de justice sociale que le principe de l’assurance a acquis une véritable légitimité au Québec et au Canada dans les années 1930. Paradoxalement, le chômage est devenu constitutif de l’identité de classe des travailleurs, en tant que risque partagé dont il faut pouvoir se prémunir.

Cory Verbauwhede : Parlez-nous un peu du phénomène que certains décrivent comme « l’invention du chômage ».

Benoit Marsan : Pour schématiser, il y a deux principaux courants historiographiques. Le premier part du point de vue de l’État et des élites, et le deuxième adopte la perspective des sans-emploi. Ces deux courants ne portent pas le même regard sur le chômage en tant que phénomène.

Par exemple, Christian Topalov étudie comment le mouvement philanthropique et les réformateurs sociaux s’intéressaient au problème du chômage à la fin du XIXe siècle et comment l’État en est venu à intervenir sur le phénomène. C’est donc une histoire qui part du haut de la structure sociale et qui est très institutionnelle. Pour ces analystes, le chômage apparaît lorsqu’on commence à comptabiliser les statistiques en vue de la mise en place de programmes qui nécessitent de distinguer les sans-emploi des pauvres en général, notamment afin de réguler davantage le marché du travail.

L’autre courant, dont je fais partie, est d’inspiration plutôt marxiste. Ces penseurs comprennent le chômage comme l’envers de la médaille de la transformation du travail et plus particulièrement de la généralisation du salariat. Leurs études se focalisent plus sur les batailles des travailleuses et travailleurs afin de changer leurs conditions de vie. Le phénomène que l’État désignera « chômage » existait avant son intervention et ces travaux font une histoire vue « d’en bas » afin de comprendre comment ces nouvelles désignations sont imposées « d’en haut » et de relever les résistances qui y sont opposées, l’idée étant de partir de la perspective de la classe ouvrière. Ainsi, lors des premières manifestations de sans-travail en Angleterre en 1817, le terme « chômage » n’existait pas, mais la situation vécue n’en était pas moins réelle. Les élites voyaient les sans-emploi comme une menace et cherchaient à endiguer, à contrôler et à réguler leurs multiples mouvements de revendications, par des interventions souvent philanthropiques et parfois étatiques. Bref, dans cette perspective, le chômage précède en quelque sorte son « invention ».

Lire la suite…

David Niget

Publié le 23 juin 2016*

David Niget est maître de conférences en histoire à l’Université d’Angers, affilié au Centre de recherches historiques de l’Ouest (CNRS, France) et au Centre d’histoire des régulations sociales (UQAM, Québec). Reconnu pour ses travaux sur la rééducation des mineurs au Québec, en France et en Belgique, il place l’agentivité historique de la jeunesse au cœur de ses recherches. Sa réflexion actuelle sur l’observation médico-pédagogique, qui se développe en France, en Belgique et au Québec entre 1945 et 1970, vise à mettre en lumière l’ascension des experts dans la définition et le traitement de la délinquance juvénile, révélant ainsi le double mouvement instauré par ces nouvelles approches : incitation à l’autonomisation des jeunes en tant que citoyens en devenir, d’une part, et subjectivation croissante de ces mêmes jeunes, ciblés par des thérapies nouvelles invasives de leur intimité psychique, de l’autre. Il ne s’agit ainsi pas uniquement de dévoiler les processus de prise en charge mais aussi d’examiner la réaction des jeunes à l’endroit de ceux-ci.


Entrevue par Cory Verbauwhede, en vue de la communication qui aura lieu le 1er septembre à 11 h intitulée « Sciences du psychisme et citoyenneté dans les institutions de rééducation pour jeunes délinquantes en France et en Belgique (1945-1970) ».


Cory Verbauwhede : Parlez-nous de votre parcours.

David Niget : Ma recherche doctorale, sous la direction de Jean-Marie Fecteau, fondateur du Centre d’histoire des régulations sociales dont je suis un chercheur affilié, a porté sur la mise en place du Tribunal pour enfants en France et au Québec. J’ai voulu apporter une perspective non-institutionnelle et non-juridique à une histoire qui demeure très classique dans son ensemble, en centrant mon travail sur les jeunes et leur « expérience sociale ». Je me suis d’abord intéressé à la première période d’existence du tribunal, de sa fondation en 1912 au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, puis un poste de recherche postdoctorale à l’Université catholique de Louvain (UCL) m’a permis d’étendre la période étudiée jusqu’aux années 1950-1960, en me penchant sur le cas, passionnant, de la Belgique.

CV : Comment distingueriez-vous votre approche d’une historiographie plus « classique »?

DN : Lorsque j’étais aux études, l’histoire sociale se concentrait de plus en plus sur les acteurs, en suivant les propositions épistémologiques de Boltanski par exemple. Dans mon domaine, cela impliquait de s’intéresser au « sujet juvénile » qui fait face aux systèmes de normes instaurés par les institutions bien plus qu’aux institutions elles-mêmes. Je suis donc un chercheur de mon époque.

Lire la suite…

Jean-Philippe Bernard

Publié le 20 juin 2016*

Jean-Philippe Bernard est candidat au doctorat en histoire à l’UQAM sous la direction de Magda Fahrni et la codirection de Karine Hébert. Ses recherches portent sur les programmes de colonisation au Québec pendant la Grande Dépression. Plus spécifiquement, il cherche à retracer l’expérience et le vécu des colons à travers les questions de genre et de citoyenneté par l’entremise des relations avec l’État québécois. Dans le cadre du colloque Question sociale et citoyenneté, il propose une communication intitulée « De désirable à indésirable. Le choix des colons dans le mouvement de colonisation des années trente : le cas de l’Abitibi et du Bas-Saint-Laurent » qui aura lieu dans le cadre d’un panel sur la pauvreté, le chômage et la formation de la classe ouvrière.


Entrevue par Benoit Marsan, en vue de la communication qui aura lieu le 31 août à 13 h 30 intitulée « De désirables à indésirables. Le choix des colons dans le mouvement de colonisation des années trente : le cas de l’Abitibi et du Bas-Saint-Laurent ».


Benoit Marsan : En quoi la colonisation des espaces québécois au cours de la Grande Dépression s’articule-t-elle avec la question sociale?

Jean-Philippe Bernard : Malheureusement, l’historiographie ne s’est pas vraiment penchée sur cet aspect de la colonisation. Pourtant, juste pour l’Abitibi, c’est plus de 10 000 personnes qui ont été déplacées sous les différents programmes de colonisation durant les années 1930. Beaucoup de gens qui ont donc vécu – ou subi, selon les interprétations – cette aventure et ont ainsi été confrontés à la « question sociale » à travers ce processus. Notamment, cet aspect est central pour les colons dans leurs relations avec l’État ou encore dans la foulée de leurs décisions individuelles ou familiales. Pour faire bref, comme on ne s’est pas encore intéressé outre mesure à cette dimension de la colonisation, il est donc possible de réinterpréter ce phénomène historique à l’aune de la question sociale.

Lire la suite…

Yves Denéchère

Publié le 16 juin 2016*

Yves Denéchère, professeur à l’Université d’Angers et directeur adjoint du Centre de Recherches Historiques de L’Ouest, est un chercheur dont les travaux se situent au croisement entre l’histoire sociale et l’histoire des relations internationales. Depuis quelques années, ses investigations portent sur l’enfance en tant qu’enjeu en période de fin de guerre. Il s’implique également dans le programme de recherche EnJeu[x] de l’Université d’Angers, un programme pluridisciplinaire qui s’intéresse à l’histoire de l’enfance et de la jeunesse. Ce programme, qui s’échelonnera jusqu’en 2019, vise à développer des partenariats internationaux. Dans sa contribution au colloque, il se penchera sur une organisation française, l’Association Jeunesse, qui a agi pendant la guerre d’Algérie pour venir en aide aux enfants dans les rues d’Alger, mais qui avait également comme objectif de ramener ces enfants algériens en France pour en faire des citoyens. Il propose d’analyser les motivations idéologiques et biopolitiques de cette organisation et pour ce faire il met à profit des sources orales.


Entrevue par Noémie Charest-Bourdon, en vue de la communication qui aura lieu le 1er septembre à 9 h 30 intitulée « L’enfance et la fabrique de citoyens français pendant et après la guerre d’Algérie l’Association Jeunesse à Alger et en France (1957-1980) ».


Les thématiques de la citoyenneté et de la mémoire sont au cœur des intérêts de recherche d’Yves Denéchère depuis le début de sa carrière. Que ce soit à travers le rôle des femmes françaises en relations internationales ou à propos de la circulation d’enfants et de réfugiés politiques suite à différents conflits militaires, ses travaux visent à documenter des dimensions souvent négligées de l’histoire politique et militaire et c’est d’ailleurs ce qui l’a mené à faire converger l’histoire sociale et l’histoire de la politique internationale. En s’intéressant aux guerres du second XXe siècle, il peut documenter ses recherches par des entrevues en plus des sources traditionnelles.

Noémie Charest-Bourdon : Décrivez-nous le parcours qui vous a mené à vous intéresser à l’enfance en contexte de guerre.

Yves Denéchère : J’ai commencé par faire de l’histoire très classique des relations internationales, en étudiant l’histoire des rapports entre la France et l’Espagne dans les années 1930. Je suis tombé sur l’histoire d’un homme qui m’a intrigué parce qu’il s’agit d’un des seuls ambassadeurs français à avoir été destitués pendant la guerre d’Espagne. J’en ai fait la biographie. Ce travail m’a mené à m’intéresser aux acteurs et aux personnalités dans les relations internationales. J’ai fait le constat qu’il y avait peu de femmes dans ces arcades diplomatiques et je me suis donc intéressé aux ambassadrices, puis aux femmes dans la construction européenne, là où elles semblaient plus nombreuses.

Lire la suite…

Patricia Toucas

Publié le 13 juin 2016*

Patricia Toucas-Truyen, chercheure associée au Centre d’histoire du XXe siècle de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, est l’une des principales spécialistes de l’histoire de la protection sociale et de l’économie sociale en France. Dans sa contribution au colloque Question sociale et citoyenneté, elle invitera à revisiter la forme historique de la « démocratie sociale », qui aurait caractérisé le projet de Sécurité sociale en France après 1945. En effet, là où le projet de réforme des dispositifs d’aide sociale mettait en avant la construction d’un système assurantiel dans lequel étaient associés les bénéficiaires, l’analyse de Patricia Toucas montre que la mise en œuvre, puis les réformes du système au nom de sa « bonne gestion », ont progressivement éludé le projet politique de participation citoyenne.


Entrevue par Cory Verbauwhede, en vue de la communication qui aura lieu le 1er septembre à 16 h intitulée « L’échec de la démocratie sociale en France ou l’impossible promotion citoyenne par la protection sociale ».


Pour Patricia Toucas, l’histoire de la construction de la protection sociale, depuis le premier encadrement juridique des mutuelles en 1852 jusqu’à la mise en place de la Sécurité sociale en 1945, trace la montée de l’idéal de la citoyenneté participative, puis sa déchéance à partir de la fin des années 1960.

Cory Verbauwhede : Parlez-nous un peu de vos intérêts de recherche.

Patricia Toucas : Je suis une historienne de l’économie sociale, plus précisément des mouvements mutualiste et coopératif. L’argument que j’ai développé dans ma thèse à la fin des années 1990 était que, contrairement à la vision portée par plusieurs historiens d’une mutualité de notables au 19e siècle, les sociétés de secours avaient été des sortes de forums où s’apprenait la citoyenneté républicaine, et ceci avant même la mise en place de la Troisième République. Il y avait certes des tentatives de cooptation par les notables, et l’éthique de responsabilisation sous-tendant la pratique mutualiste s’alignait avec leurs intérêts, cependant la fonction même de responsabilisation des individus passait nécessairement par une gestion démocratique. La plupart des sociétés étaient donc bel et bien gérées par les membres participants, échappant de ce fait au contrôle des notables, et en partie à celui des pouvoirs publics. L’analyse historienne sur les mutuelles ne doit pas se limiter à la fonction de protection (et dans ce domaine, elles ont assurément joué un rôle précurseur), il s’agit aussi d’un mouvement social qui a été, à l’origine, un nouvel espace d’émancipation investi par des travailleurs modestes qui s’organisaient collectivement et solidairement pour faire face aux difficultés de l’existence. Question sociale et citoyenneté sont déjà au cœur de l’histoire mutualiste au 19e siècle.

Lire la suite…

Claude Castonguay, champion du social malgré lui : Réflexions sur le ‘Welfare State moment’ québécois

Cory Verbauwhede
Jeudi le 1er septembre 2016 à 15 h

La contribution de Cory Verbauwhede, juriste de formation et doctorant en histoire à l’UQAM (boursier CRSH), porte sur le projet providentialiste québécois dans les années 1960, et en particulier sur les travaux de la Commission Castonguay-Nepveu qui a institué l’assurance-maladie au Québec. À un récit historique classique selon lequel les fondateurs de l’État providence auraient voulu proposer une alternative radicale au libéralisme économique, C. Verbauwhede indique au contraire que les principaux acteurs des réformes sociales au milieu du XXe siècle ont tenté de conjuguer doctrine libérale et providentialisme, loin de l’universalisme des droits affiché comme un principe. Sa contribution invite donc à repenser la genèse, mais aussi les « crises » subséquentes du welfarisme, notamment au Québec.

Lire la suite…

De désirables à indésirables. Le choix des colons dans le mouvement de colonisation des années trente : le cas de l’Abitibi et du Bas-Saint-Laurent

Jean-Philippe Bernard
Mercredi le 31 août 2016 à 13 h 30

La contribution de Jean-Philippe Bernard, doctorant en histoire à l’UQAM (Boursier CRSH), propose de considérer l’histoire de la colonisation des régions périphériques du Québec dans les années 1930 comme un exemple de régulation sociale mettant en jeu la notion de citoyenneté. En effet, les autorités, pour réduire le problème du chômage de masse des grandes cités laurentiennes, mettent sur pieds un dispositif de sélection des candidats à la colonisation selon des critères qui répondent à la définition du « bon citoyen ». C’est à travers une analyse de la fabrique des inégalités sociales et civiques dans les années 1930 que se prête cette étude innovante, qui confronte les normes publiques avec les stratégies individuelles autour de la figure, hautement investie politiquement au Québec, du colon.

Lire la suite…

Un festin de Tantale : La faim, la famine et la formation de la classe ouvrière britannique entre 1830 et 1914

Sébastien Rioux
Mercredi le 31 août 2016 à 13 h 30

Sébastien Rioux, professeur adjoint de géographie à l’Université de Montréal, finalise actuellement une monographie, tirée de sa thèse de doctorat, intitulée Spaces of Distribution: The Political Economy of Food in Britain 1830-1914. Dans cette communication, il propose d’analyser comment la faim a pu constituer, au XIXe siècle britannique, une expérience de classe, constitutive de son identité sociale. À travers cette communication, S. Rioux proposera de s’interroger sur la façon dont le capitalisme régule par la faim le corps ouvrier et le corps social, et comment la lutte pour la survie et l’accès à la nourriture devient, au sein du peuple, une condition première d’exercice de la citoyenneté. L’intérêt de cette approche originale sera également d’apporter les outils de l’analyse géographique d’une part, à savoir les dimensions spatiales des phénomènes de famine, mais aussi de mobiliser les concepts des sciences politiques, cruciaux pour aborder la question de la citoyenneté.

Lire la suite…