L’enfance et la fabrique de citoyens français pendant et après la guerre d’Algérie l’Association Jeunesse à Alger et en France (1957-1980)

Yves Denéchère
Jeudi le 1er septembre 2016 à 9 h 30

Professeur à l’Université d’Angers, Yves Denéchère a publié plusieurs ouvrages sur les questions reliées à l’enfance, à la citoyenneté et aux relations transnationales et, à ce titre, est l’un des principaux chercheurs sur ces thématiques. Collaborant de longue date aux réflexions du Centre d’histoire des régulations sociales, il a contribué à plusieurs reprises à faire valoir la pertinence d’étudier les prises en charges de l’enfance dans leur dimension politique. La réflexion qu’il propose sur la transformation des enfants nécessiteux d’Algérie en citoyens français, même au-delà de la période de l’Indépendance, sera un riche apport à cette séance portant sur « Âge et citoyenneté au milieu du XXe siècle ». Elle aura, entre autres, l’intérêt de mettre à profit la méthodologie de l’histoire orale, encore peu mobilisée par les historiens.

Lire la suite…

Pour « un gouvernement jeune et dynamique ». L’abaissement du droit de vote à 18 ans au Québec en 1964

Louise Bienvenue
Andréanne Lebrun
Jeudi le 1er septembre 2016 à 9 h 30

Spécialiste de la jeunesse et de l’éducation, Louise Bienvenue est membre du Centre d’histoire des régulations sociales depuis de nombreuses années. Elle fait aussi partie du comité d’organisation de ce colloque. Avec Andréanne LeBrun, elle participera à la séance « Âge et citoyenneté au milieu du XXe siècle » et analysera pour l’occasion un évènement qui cristallise les transformations survenues dans « l’économie des âges » au cours de cette période, soit l’abaissement de 21 à 18 ans de l’âge du suffrage en 1963. L’angle de l’âge sera donc ici privilégié pour aborder les redéfinitions de la question sociale au cours de cette décennie reconnue comme étant celle de la jeunesse.

Lire la suite…

Chômage et citoyenneté à Montréal, 1929-1939

Benoit Marsan
Mercredi le 31 août à 13 h 30

Benoit Marsan, candidat au doctorat en histoire du CHRS (boursier FRQSC) et chargé de cours à l’UQAM vient de publier un ouvrage sur la lutte des chômeurs québécois pendant la crise des années 1930. Il propose ici d’analyser le rôle de la mobilisation des « sans emploi » dans la construction du problème social qu’est le chômage. C’est grâce à cette mobilisation citoyenne, à cette demande de droits et de justice sociale, que le principe de l’assurance, dans les années 1930, va acquérir une véritable légitimité. Le chômage, paradoxalement, devient constitutif de l’identité de classe des travailleurs québécois, en tant que risque partagé dont il faut pouvoir se prémunir.

Lire la suite…

Parcours psychiatriques transinstitutionnels en contexte culturel francophone

Marie-Claude Thifault
Vendredi le 2 septembre 2016 à 9 h

Chercheure dynamique reconnue pour ses travaux en histoire de la santé mentale et des femmes, Marie-Claude Thifault, membre du CHRS, est actuellement titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en santé. Son ouvrage, Une toupie sur la tête, a été finaliste du prix du gouverneur général en 2008. Elle propose ici de se pencher sur le mouvement de désinstitutionalisation qui a marqué les politiques de santé mentale à compter des années 1960 au Canada. L’institution asilaire entend alors se rapprocher du secteur social « communautaire » dans le traitement des patients, et organise à cette fin des passerelles entre l’institution close et le milieu ouvert. Il s’agit de faire du malade psychiatrique un citoyen de plein droit, autonomisé, mais également responsabilisé. Lire la suite…