Les débats moraux autour des projets de lois sur l’avortement et la tentative de suicide au Canada, 1969-1972

Isabelle Perreault
Vendredi le 2 septembre à 13 h 30

Membre de longue date du CHRS, la criminologue Isabelle Perreault est spécialiste de l’histoire de la santé mentale, du corps et des régulations sociales. À partir des débats tenus à la Chambre des Communes, elle analysera ces questions hautement sensibles que sont la décriminalisation de l’avortement et du suicide. Perreault éclairera ainsi une mutation importante de la question sociale survenant dans ces décennies où les moeurs se transforment de manière accélérée. L’affirmation contestée du droit à disposer de son propre corps et de sa vie marque, en effet, une profonde redéfinition des normes au sein de la société canadienne de l’époque. Alors que les liens entre corps, moralité et citoyenneté seront abordés, la question du genre — transversale dans le colloque — sera aussi considérée.

Cette communication portera sur les débats entourant la réforme du code pénal sur le droit à l’avortement (thérapeutique) et le droit de s’enlever la vie. Les politiques canadiennes en matière de droit pénal, politiques qui adoptaient depuis longtemps une position sur le maintien absolu de la vie, se modifient tranquillement suite à la Deuxième Guerre mondiale. L’État se retire petit à petit de la gestion pénale des « péchés ». Les sections 209 (meurtre, homicide involontaire coupable et infanticide) et 213 (suicide) du Code criminel seront en effet modifiées au tournant des années 1970. C’est à partir des débats en Chambre sur la décriminalisation de l’avortement et de la tentative de suicide que nous explorerons les arguments avancés par les parlementaires pour modifier le code pénal canadien.

Lire notre entretien avec Isabelle Perreault