L’échec de la démocratie sociale en France ou l’impossible promotion citoyenne par la protection sociale

Patricia Toucas-Truyen
Jeudi le 1er septembre à 15 h

Cette communication repose sur l’hypothèse que l’impossibilité à envisager un traitement global et égalitaire des problèmes sociaux a été et demeure un élément explicatif fondamental de l’incomplétude de la citoyenneté en France. Nous tenterons de vérifier son bien-fondé par l’examen de la mise en oeuvre, puis de l’abandon progressif du concept de démocratie sociale, mis à l’honneur dans le plan de création de la Sécurité sociale en 1945. La réalisation de cette dernière s’est d’abord heurtée à l’impossibilité de mettre en place un système universel de protection sociale. Ensuite, la notion de démocratie sociale a subi, dès 1967 (réforme Jeanneney), un recul sensible, qui s’est accéléré à la fin du XXe siècle, à la faveur de la colonisation du champ de la protection sociale par le discours néolibéral et de l’éclatement du salariat donnant lieu à la précarisation du travail et à la perte d’audience des syndicats. La résurgence de formes de pauvreté a suscité un interventionnisme étatique assistanciel, sans participation des bénéficiaires à la gestion des dispositifs. La voie d’une intégration citoyenne en lien avec la résolution des problèmes sociaux semble avoir été abandonnée.

Patricia Toucas Truyen, chercheure associée au Centre d’histoire du XXe siècle de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, est l’une des principales spécialistes de l’histoire de la protection sociale et de l’économie sociale en France. Elle invite ici à revisiter la forme historique de la « démocratie sociale », qui aurait caractérisé le projet de Sécurité sociale en France après 1945. En effet, là où le projet de réforme des dispositifs d’aide sociale mettait en avant la construction d’un système assurantiel dans lequel étaient associés les bénéficiaires, l’analyse de P. Toucas montre que la mise en oeuvre, puis les réformes du système au nom de sa «bonne gestion » ont progressivement éludé le projet politique de participation citoyenne.

Lire notre entretien avec Patricia Toucas