Claude Castonguay, champion du social malgré lui : Réflexions sur le ‘Welfare State moment’ québécois

Cory Verbauwhede
Jeudi le 1er septembre 2016 à 15 h

La contribution de Cory Verbauwhede, juriste de formation et doctorant en histoire à l’UQAM (boursier CRSH), porte sur le projet providentialiste québécois dans les années 1960, et en particulier sur les travaux de la Commission Castonguay-Nepveu qui a institué l’assurance-maladie au Québec. À un récit historique classique selon lequel les fondateurs de l’État providence auraient voulu proposer une alternative radicale au libéralisme économique, C. Verbauwhede indique au contraire que les principaux acteurs des réformes sociales au milieu du XXe siècle ont tenté de conjuguer doctrine libérale et providentialisme, loin de l’universalisme des droits affiché comme un principe. Sa contribution invite donc à repenser la genèse, mais aussi les « crises » subséquentes du welfarisme, notamment au Québec.

Claude Castonguay est largement reconnu comme étant le « père » de l’assurance-maladie, ainsi que d’une partie importante de l’État providence québécois. En nous basant sur les rapports de la Commission d’enquête sur la santé et le bien-être social ainsi que sur les biographies des commissaires, nous tenterons de situer le discours d’État véhiculé par la Commission dans ses contextes historique, idéologique et institutionnel, en prêtant une attention particulière aux mécanismes par lesquels les membres de la Commission prenaient des positions qui leur étaient jusqu’alors étrangères — et qui dans certains cas le redevinrent par la suite. Nous espérons ainsi être en mesure de nuancer les analyses qui n’ont vu dans la Commission Castonguay qu’une prise de pouvoir technocratique, d’une part, ou une simple joute entre le gouvernement québécois et le gouvernement fédéral, de l’autre, pour en distiller les véritables enjeux sociaux.

Lire notre entretien avec Cory Verbauwhede