Thématique

Ce colloque nous permettra d’interroger les inégalités sociales sous l’angle de la citoyenneté. La citoyenneté est une thématique d’envergure et structurante dans les sciences sociales et humaines (Nyers 2007; Skinner et al. 2003) depuis plusieurs années, notamment autour du concept de « citoyenneté sociale» (Dwyer 2004; Tillotson 2008; Campbell 2009; Otero 2012; Petitclerc 2012a). Traditionnellement, la généralisation de la citoyenneté a été considérée comme l’un des processus déterminants de l’histoire des sociétés occidentales des trois derniers siècles. Dans son étude classique, T.H. Marshall (1950) présentait la citoyenneté comme un statut juridique, auquel se rattachent trois types de droits : civils (libertés individuelles, droits de propriété et de contracter, habeas corpus), politiques (droit d’élire des représentants, de participer au pouvoir politique) et sociaux (droit à l’éducation, à la sécurité sociale). Selon cette interprétation, la pleine réalisation de la communauté politique contemporaine s’est donc accomplie avec l’avènement de l’État providence, lorsque les droits sociaux se sont ajoutés aux droits civils et politiques accordés aux siècles précédents (pour une vision de l’histoire canadienne inspirée de cette perspective, voir Guest 1992).

Cette première perspective évolutionniste et formaliste de la citoyenneté, marquée par l’optimisme libéral des courants réformateurs de l’après-guerre, a été sévèrement critiquée par la recherche au cours des dernières décennies (Katz 2001; Chunn et al. 2002; Gauvreau et al., 2003), que ce soit pour rendre compte des rapports sociaux de classes (Finkel 2006), de sexes (par exemple, Orloff 2009; Christie 2000, Fahrni 2005) ou d’identités culturelles (Banerjee 2010; Gardner 2005; Fox 2012; Zigler-Mcpherson 2009), de la logique d’institutionnalisation des régulations et des politiques sociales (Fecteau 2004; Lespinet-Moret 2007; Marshall 1998; Petitclerc 2012b) et finalement des fondements idéologiques du libéralisme (Stedman Jones 2007). En conséquence, les définitions historiques de la citoyenneté ont délaissé le formalisme juridique pour donner une plus grande place à l’analyse des inégalités sociales et des luttes de pouvoir, y compris pour ce qui est de la justice criminelle (Bienvenue 2012; Fyson 2010; Holloway 2014; Niget 2009). Ainsi, le concept de citoyenneté est apparu comme un puissant révélateur des inégalités et des luttes sociales qui ont traversé, et qui traversent toujours, les sociétés contemporaines.

Plus qu’un statut juridique conféré par l’État ou découlant d’un « contrat social » (Clement 2008), la citoyenneté est donc envisagée comme « un ensemble de pratiques – juridiques, politiques, économiques et culturelles – qui définissent les personnes ou à travers lesquelles celles-ci se définissent comme des membres compétents de la société » (Turner, cité par Eley et Palmowski 2008). En l’envisageant d’un point de vue plus institutionnel, des chercheurs ont plutôt conceptualisé des « régimes de citoyenneté », soit l’articulation de la reconnaissance des droits, de structures politiques donnant accès à l’État, de reconnaissance de valeurs partagées et d’une configuration des partages des responsabilités entre l’État, la famille, le marché et les associations (Jenson 2007). Dans une perspective inspirée de la gouvernementalité, la citoyenneté (y compris sociale) peut en fait être envisagée comme la forme nouvelle que prennent les rapports de pouvoir dans la modernité libérale (Procacci 2001, Dean 2010).

Ces nouvelles conceptualisations, centrées sur les pratiques conflictuelles entourant la définition de la compétence citoyenne et de son institutionnalisation dans les pratiques de gouvernement, inspireront notre réflexion historique sur les inégalités sociales et la citoyenneté, et donc sur la question sociale (Petitclerc 2012a et 2012b). La thématique du colloque invite d’ailleurs au dialogue interdisciplinaire et à la multiplication des points de vue (voir par exemple Otero et Roy, 2012), ce qui correspond très bien aux objectifs d’une rencontre scientifique internationale comme celle-ci.